AccueilActualitésActualités 2015Maubourguet. 23 août (tarde). Tibo Garcia triomphe avec la manière.

MAUB TRIOMPHEGrosse demi-arène, nuages et soleil, température en baisse, deux heures de spectacle.

Erales sans picadors des élevages du Lartet (Paul et Jérôme Bonnet), du Camino de Santiago (Jean-Louis Darré) et d’Alma Serena (les frères Bats et Tauzin). Tous nobles, parfois piquants, permettant des bonnes faena et tous d’une présentation parfaite.

Mano a mano entre Miguel Apacheco et Tibo Garcia qui affrontaient chacun un novillo de chaque élevage.

  • Miguel Apacheco (bleu clair et or), au premier, Lartet, une entière, deux descabellos, avis, silence; au troisième, Camino de Santiago, une entière, silence ; au cinquième, Alma Serena, une demi-lame, silence.
  • Tibo Garcia (rouge et or), au deuxième, Lartet, une entière, une oreille ; au quatrième, Alma Serena, deux pinchazos, une entière, avis, silence ; au dernier, Camino de Santiago, une entière, une oreille.

Sobresaliente, Maxime Solera, invité pour un quite al alimon par Tibo Garcia. Julien Dusseing a salué pour la pose des banderilles au quatrième.

Présence d’un très solide détachement de CRS et gendarmes mobiles en raison des incidents de 2014. Mais pas un seul anti-taurin.

MAUB TIBO GARCIA L ART DE LA NATURELLEOn a l’impression qu’au soir de cette novillada Tibo Garcia a franchi l’étape qui se refusait encore à lui ces dernières semaines. Au-delà de sa sortie en triomphe, il a montré son aisance devant le toro, une parfaite connaissance de son métier avec le goût et l’envie de toréer. Il fallait voir avec le dernier Camino, qui n’avait pas toute la force souhaitée, la façon qu’il a eu de le maintenir parfaitement, sans pour autant se départir d’une aisance naturelle. Très souvent le corps relâché, la muleta qui tombe avec négligence dans le dessin parfait d’une naturelle ou d’une trinchera. Tibo paraît se livrer à une véritable démonstration de tauromachie. Il communie avec le public. Cette dernière sortie était une faena à deux oreilles, surtout rematée par un splendide coup d’épée. Son apoderado Serge Almeras parlait d’injustice… Nous ne sommes pas loin de partager sa position.

Malgré une faena très complète, Tibo n’a pas paru être à l’aise avec l’Alma Serena. Il a mis beaucoup de sentiment et de profondeur dans son combat mais l’opposant s’éteignait un peu plus à chaque passe.

Avec l’excellent eral du Lartet, Tibo Garcia, qui avait brindé à Pascal Bouneau, président de Maubourguet y Toros, a rapidement démontré une aisance et une élégance naturelle. Il toréa en permanence au centre de la piste, citant de très loin pour toutes les séries à droite. Il raccourcissait lorsqu’il prenait l’autre main pour des naturelles de rêve, signant une énorme série à gauche. Tibo était à son maximum. Il devait être dopé par son succès du matin, à Rion-des-Landes où il fut le seul à couper une oreille. Peu importe, c’était sa journée et il ne l’a pas laissée passer. Sa sortie en triomphe à Maubourguet n’est peut être pas essentielle, mais pour le moral du garçon c’est parfait.

MAUB APACHECOMiguel Apacheco a tout perdu à l’épée. Trahi par l’acier, le jeune torero l’a peut-être été aussi par une nuit en voiture pour revenir d’Andalousie où il triomphait le samedi. Avec son premier Lartet il eut un animal de grande noblesse, mais il ne sut pas faire monter sa faena dans les gradins. Un peu de froideur trop visible, une technique trop voyante. Il a bien toréé un bon eral, mais est demeuré incompris…

Avec le Camino, aussi noble que le précédent il a su démontrer beaucoup de finesse à gauche et a construit une faena toute en douceur, sûrement trop longue, qui a fini par lasser le public. Dommage.

Il lui était difficile de se rattraper avec l’Alma Serena qui avait des tendances marquées à la fuite et rompait toute l’émotion que le torero commençait à distiller en début de figure. Miguel Angel Pacheco a montré les qualités d’un grand torero, mais à Maubourguet il n’a pas su les transformer en victoire.

Excellente novillada qui a marqué la progression effective de l’élevage français et plus particulièrement du Sud-Ouest.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol.

Les commentaires sont fermés.