AccueilActualitésActualités 2017Madrid. 17 mai. Un bon Fuente Ymbro.

Des toros de Fuente Ymbro, bien présentés, qui ont un peu rendu des couleurs à une feria qui s’enlisait dans la médiocrité ganadera. Sans être des foudres de guerre, les pupilles de Ricardo Gallardo ont été présents, particulièrement les 3ème, encasté et exigeant, et surtout quatrième, brave et noble.

El Fandi n’eut guère de chance avec un toro d’ouverture fade et brusque qui n’offrit aucune option au dernier tiers. Silence. Par contre il put mettre à profit les qualités du quatrième lors d’une faena de mas a menos qui, bien que volontaire et parfois de bon niveau, manqua de fond. Mais on sait que le granadino ne joue pas dans un registre classique et que son toreo pueblerino n’est pas du goût des puristes, d’où quelques séquences protestées par le public. Final par manoletinas, puis une estocade correcte qui lui valut de saluer après que la dépouille du toro ait été arrastrée sous l’ovation.

Miguel Angel Perera tomba sur un premier toro noble mais qui chargeait sans continuité. Quelques détails dans un ensemble restant dans la grisaille. Silence. Pas mieux avec un cinquième de peu d’options. Nouveau silence.

Le troisième était un toro exigeant. José Garrido fit l’effort de s’adapter aux conditions de l’animal pour le soumettre, n’hésitant pas à fouler des terrains compromis pour imposer sa loi. Il put ainsi dessiner notamment deux belles séries de naturelles qui émergèrent d’un ensemble bien construit qui aurait pu valoir une oreille au torero si l’épée avait été au rendez-vous. Salut. Le sixième était noble et maniable et Garrido en profita pour dessiner des muletazos de bonne facture, l’ensemble résultant cependant sans grande liaison. Silence après un maniement de l’estoc à nouveau défectueux.

Photos : Joël Buravand.

Voir toutes les photos de Joël en cliquant ici : PHOTOS

Les commentaires sont fermés.