AccueilActualitésActualités 2015La Algaba. Festival pour José Manuel Soto.

11381124

Le festival organisé au profit du banderillero José Manuel Soto, amputé suite à une blessure subie fin août à Peal del Becerro, s’est soldé par un succès, tant au niveau de l’affluence que des trophées avec pas moins de 14 oreilles et deux rabos coupés et trois novillos honorés de la vuelta al ruedo posthume (tout ceci à relativiser, car nous étions bien sûr en festival).

Suite au refus d’Ortega Cano d’ouvrir la tarde (ce que son ancienneté aurait voulu), c’est Finito de Cordoba qui lidia le premier novillo porteur du fer de Fuente Ymbro. Ce manso ne permit au torero cordobes que de bons muletazos isolés, la bonne estocade faisant remonter la note de l’ensemble. Deux oreilles.

Ortega Cano lidia donc le second arborant la devise d’Alejandro Talavante. Bon trasteo du vétéran qui se vit primé d’un double trophée après une lame correcte complétée par deux descabellos.

Juan José Padilla sut trouver l’accord avec le bon troisième marqué de l’étoile de Torrestrella. Toreo volcanique du Ciclon de Jerez qui reçut les deux oreilles et le rabo de cet utrero primé de la vuelta.

Miguel Abellan, qui remplaçait Juan Mora malade, eut lui aussi la chance de tomber sur un bon novillo d’El Freixo qui, bien que mansote, lui permitde toréer au ralenti sur les deux bords. Quelques longueurs aux aciers limitèrent la récompense à deux pavillons. La mansedumbre affichée par moments expliqua le refus d’indulto mais le pensionnaire du Juli eut tout de même les honneurs de la vuelta.

Le quinto portait le fer de Dolores Aguirre, une devise surprenante au milieu de tout le sang bleu des novillos présentés. Mansote, l’utrero se laissa faire et le modeste Manuel Carbonell lui ravit les deux oreilles au terme d’une faena ambidextre dont les meilleures séquences furent gauchères. Le garçon se fit accrocher sans mal lors de l’estocade.

Daniel Luque eut pour adversaire un autre Fuente Ymbro qui se montra d’un meilleur niveau que le tambour major. Les bonnes charges délivrées par le pupille de Ricardo Gallardo permirent au torero de se hausser à son meilleur niveau et de recevoir ainsi le rabo de son adversaire, lequel se vit honoré de la vuelta al ruedo.

Le jeune Carlos Corradini clôtura la tarde par la lidia d’un novillo de Hermanos Garzon d’une présentation aussi mauvaise que son comportement. Le novillero fit ce qu’il put, se faisant bousculer, heureusement sans mal, avant d’en finir d’une lame correcte portée au second assaut. Deux oreilles.

Au final de la course, José Manuel Soto, qui reçut plusieurs brindis, sortie de la plaza de toros sur les épaules de ses compagnons.

(Photos : Arjona – aplausos.es)

Les commentaires sont fermés.