AccueilActualitésActualités 2016Rencontre avec le matador portugais Nuno Casquinha.

Nuno CasquinhaNotre collaborateur Marc Vargas (http://www.marc-vargas.fr/) a rencontré le matador portugais Nuno Casquinha pour réaliser une interview. Auparavant, pour situer le personnage, jetons un oeil sur la carrière d’un torero que l’on connaît peu.

Biographie de Nuno Casquinha.

Nuno Miguel Vicente Casquinha est né à Lisbonne (Portugal) le 5 février 1986.

Il donna ses premières passes comme becerrista à l’école taurine de Moita do Ribatejo y Vila Franca de Xira, puis il intégra l’école taurine de Madrid.

Il se présenta en public le 2 septembre 1998 à Montemor-o-Novo (Portugal), puis il revêtit le costume de lumières pour la première fois le 1er juillet 2001 à Vila Franca de Xira (Portugal). Début en Espagne le 14 août suivant  à Torrejoncillo (Cáceres).

En 2004, il participe à 20 festejos, coupant 21 oreilles. Il remporte cette même année les bolsins de Ciudad Rodrigo et Coria, triomphe à Orthez, reçoit une mention spéciale à San Adrian, puis est sacré triomphateur du cycle de NSP de Dax et triomphateur de la temporada au Portugal, entre autres.

Le début en piquée a lieu sur le sol français le 5 mai 2005 à Captieux (ovation et oreille) face à des novillos de Sanchez Arjona aux côtés de Marc Serrano et Mehdi Savalli. Il achève sa saison avec 12 festejos pour 10 oreilles et encore de nombreux prix.

11 paseos en 2006 (11 oreilles et un rabo), 15 en 2007 dont une novillada et deux festivals au Portugal (18 oreilles et un rabo) avec présentation à Las Ventas le 9 septembre 2007 avec Martín de Vidales et Santiago Naranjo pour y affronter des novillos de Couto de Fornilhos.

14 paseos en 2008 répartis entre Portgal, Espagne et France, une temporada débutée et achevée au Mexique où le garçon toréa une fois en février et cinq fois en décembre.

15 contrats en 2009, puis un petit creux en 2010 avec pas mal de festivals et une présentation à Séville le 12 septembre.

Vint enfin l’alternative à Villanueva del Fresno (Badajoz) le 29 mai 2011, Javier Solís officiant comme parrain et Julio Parejo comme témoin, les toros portant le fer de Bernardino Píriz.

En Europe, trois contrats en 2011, un en 2012, aucun en 2013, un en 2014 et un en 2015, des temporadas compliquées pour Nuno Casquinha mais  un exil au Pérou des plus positifs qui remit le garçon sur le chemin du succès (voir interview).

2016 sera-t-elle l’année du retour sur le devant de la scène ?

Interview du maestro.

M.V. : bonjour maestro. Tout d’abord je vous souhaite une excellente année, beaucoup de combats et de sorties par la grande porte. Pour cette année 2016, année clé pour vous, quels sont vos objectifs ?

N.C. : Bonjour Marc. D’abord je vous souhaite ainsi qu’à toute l’afición une excellente année. En outre, je vous remercie de l’occasion que vous me donnez de m’exprimer lors de cette interview.

Cette saison sera décisive, même cruciale, pour moi, et je suis bien conscient que j’aurai à faire face totalement chaque jour où je prendrai l’habit de lumière. Cette année, mon objectif est de marquer le coup définitivement pour figurer aux cartels d’Espagne, de France et du Portugal qui est mon pays et où je veux être une référence et un exemple.

M.V. : Comment vous sentez-vous physiquement et moralement à quelques mois du début de saison ?

N.C. : Eh bien, je vous avoue que jamais je n’ai été aussi prêt qu’aujourd’hui ; en réalité je n’ai pas cessé un seul jour de m’entraîner, même pendant les fêtes. Mon moral est au beau fixe, grâce à Dieu, et les perspectives sont excellentes pour 2016. C’est un bonheur pour moi de revenir en France, ce pays qui m’a tellement aidé dans ma carrière de novillero. Je l’admire pour sa démarche d’une grande honnêteté lorsqu’il reprend [l’année suivante] des toreros qui ont eu du mérite, ainsi que pour l’organisation et la préparation des corridas tels que le choix d’un taureau, les déplacements dans la ganaderia pour observer son développement ainsi que la place qu’il lui donne, car c’est bien lui le roi de la fête taurine.

M.V. : la plupart des jeunes portugais commencent par l’école taurine de Vila Franca de Xira. Vous, vous en avez choisi une autre, et pourquoi plus tard celle de Madrid ?

N.C. : j’ai commencé à l’école taurine de Moita do Ribatejo avec le maetro Armando Soares. Puis, j’ai fréquenté celle de Vila Franca de Xira avec le maestro José Julio. Par la suite, grâce à mon ami le grand ganadero Victorino Martin, j’ai pu entrer à l’école de tauromachie Marcial Lalanda de Madrid où j’ai eu pour maestros Macareno et Joaquin Bernado. En Espagne, on « vit » la tauromachie de façon plus sérieuse et professionnelle qu’au Portugal. C’est pourquoi j’ai compris que pour m’améliorer je devrais « changer d’air », et heureusement ce fut un choix décisif heureux pour ma carrière.

Capture d’écran 2016-01-15 à 20.00.35

M.V. : En quoi pour votre art l’École Taurine de Madrid, dont vous êtes sorti « élève diplômé de référence », vous a-t-elle aidé en 2004 ?

N.C. : Le fait d’appartenir à l’École Taurine m’a ouvert d’autres portes : j’ai eu la chance de participer et de gagner les trophées taurins de Ciudad Rodrigo, Coria et La Rioja. C’est le premier qui a eu pour moi le plus de répercussions car il est important et c’était la première fois de son histoire qu’un novillero étranger le gagnait. En outre, j’ai participé aux concours de Vista Alegre et de La Venta del Batan. Je ne remercierai jamais assez les maestros de Madrid pour leur attention à mon égard et les occasions qu’ils m’ont données.

Capture d’écran 2016-01-15 à 20.00.49

M.V. : en 2004, le nom Casquinha est incontournable. Vous avez remporté plusieurs grands prix. Je rappelle que vous avez été triomphateur du cycle de novilladas de Dax. Que pouvez-vous dire de ces années ?

N.C. : ce furent des années merveilleuses. En cette saison 2004, j’ai toréé 20 novilladas sans picadors, mais j’en ai raté certaines à cause d’une blessure à Deba où un novillo m’a écrasé la main et m’a fracturé un doigt. Je me souviens de ma première entrée dans une arène française ; c’était à Mugron. Ce jour-là, après la corrida, j’ai signé 8 contrats, ce qui montre bien la profondeur de l’aficion française. Et même, malgré le contretemps dû à ma blessure, j’ai pu gagner différents trophées important tels que le titre de «triomphateur» plus le trophée José Falcon à Orthez, «triomphateur» du cycle de novilladas de Dax, « la Mention Spéciale du Savoir-Être à San Adrian », «Meilleure Faena» et «Meilleur Quite au capote» du cycle de novilladas de Llodio, plus différents trophées au Portugal. Ce fut cette saison qui me propulsa définitivement vers mes débuts en novillada piquée l’année suivante.

M.V. : des années de rêve, donc, et très vite vous entrez dans le circuit professionnel, toujours en France, partageant l’affiche de Captieux avec Mehdi Savalli, un élève d’Arles. Que signifie pour vous le fait de passer professionnel ?

N.C. : Pour moi, ce fut un honneur de débuter en piquée en France, ce pays qui m’avait tant apporté les années antérieures. Ce jour-là, outre le fait de remporter une oreille, j’ai gagné le trophée de la meilleure estocade de l’après-midi. Débuter en novillada piquée demande une grande responsabilité ; je partageais l’affiche avec des novilleros bien préparés et un utrero demande plus de travail qu’un eral.Pour affronter ce passage, j’ai profité des deux hivers que j’ai passés dans la finca de Victorino Martin avec le matador Luis Bolivar où j’ai eu l’opportunité de toréer plusieurs vaches et quelques taureaux de ce prestigieux élevage. En outre, j’ai eu le privilège de m’entraîner et de bénéficier des enseignements des maestros Joselito et César Jiménez.

Capture d’écran 2016-01-15 à 20.02.53

M.V. : J’étais moi-même dans les gradins et j’ai pensé : «celui-là va réussir». Entre 2005 et 2011, si je me souviens bien, le solde était plutôt positif ; vous êtes alors présent dans trois arènes d’importance : Mexico (13/02/08), Madrid (Feria de la Comunidad 2009) et Séville (2010). Vous y avez laissé un excellent souvenir. Vous triomphez et cependant vous n’êtes pas encore matador. Pourquoi ?

N.C. : Effectivement, le solde de ces saisons est très positif : je torée dans plusieurs novilladas comme à Arnedo (où j’ai gagné le prix de la meilleure estocade de la feria), à Peralta (deux années de suite), Moraleja (idem), Calasparra (idem), Moralzarzal (idem), Villaseca de la Sagra de Retamar (trois années de suite), ainsi qu’à El Alamo . J’ai gagné le trophée «Cochinillo de Oro» à Arévalo pour la meilleure faena ; à Puerto Vallarta, au Mexique, j’ai coupé une queue lors de ma première présentation, sachant que ce trophée n’avait pas été décerné depuis 12 ans. A Madrid, j’ai eu l’honneur de me présenter quatre fois. En France, j’ai toréé à Soustons (en deux occasions), Carcassonne, Beaucaire et Parentis. A cette époque, j’ai affronté des taureaux d’élevages considérés comme «toristas» : Miura, Victorino martin, Juan Luis Fraile, Monteviejo (trois novilladas), Partido de Resina, Prieto de La Cal, Moreno de Silva (deux novilladas), Hernandez Pla, José Escolar…

M.V. : Arrive enfin le jour rêvé : comment avez-vous vécu cet évènement à Villanuueva del Fresno ? Vous doutiez-vous d’emprunter un chemin aussi difficile ?

N.C. : oui, je savais que ce chemin serait bien difficile, car les dernières novilladas se révélèrent de plus en plus compliquées. C’est pourquoi, de toute façon, je m’étais préparé pour la suite. L’alternative, j’avoue que c’était mon rêve de gosse. J’ai pu compter sur les aficionados portugais qui non seulement sont venus aux arènes, mais en plus me rendirent hommage avant et après la corrida. Maintenant la lutte était d’une autre nature.

M.V. : Cela devenait difficile, en effet, si l’on ne tient pas compte de tes succès américains au Pérou en 2012. Pourquoi cette décision de s’éloigner de l’Europe ?

N.C. : Ce ne fut pas une décision facile de laisser le pays, la famille, les amis… Mais il ne fallait pas perdre de temps, et les perspectives de toréer en France s’amenuisaient en 2012. Il a fallu repartir de zéro. Même si dans les premiers mois les contrats étaient rares, petit à petit les portes s’ouvraient et j’ai terminé la saison avec 25 corridas. Mis à part le nombre de contrats, ce dont je suis fier c’est de n’avoir jamais « prostitué » mon toreo et d’avoir toujours respecté la profession.

M.V. : rappelons qu’en 2013, vous terminez à première place de l’Escalafon américain avec un total de 22 sorties par la grande porte. Vous vous sentiez enfin matador professionnel, n’est-ce pas ?

N.C. : Terminer la saison 2013  tout d’abord en première place de l’escalafon avec 37 corridas, 53 oreilles, 2 queues, 22 puertas grandes, un taureau gracié et 10 scapulaires, tout cela fut un véritable rêve devenu réalité. Je ressentais une admiration et une tendresse énormes de la part des aficionados. Ce furent 2 années difficiles mais merveilleuses pendant lesquelles j’ai pu murir en tant que personne et torero. Cependant, j’avais toujours l’intention de revenir en Europe pour montrer mes progrès. En outre, j’étais fier d’honorer mon pays, le Portugal en étant si loin.

M.V. : si vous deviez retenir un souvenir de cette expérience, quel serait-il ?

N.C. : c’est une question difficile. J’ai beaucoup de souvenirs du Pérou, tous très beaux. Mais je crois que celui je retiendrai particulièrement, c’est celui où j’ai pu gracier le premier taureau de ma carrière, celui de l’élevage Ivan Rodriguez dans les arènes de Cora Cora (Ayacucho).

M.V. : vous revenez en Europe en 2014, après deux années loin du «Vieux Continent», plein d’espoirs. Comment imaginiez-vous ce retour après tant de triomphes, étant donné qu’en Espagne et en France la saison taurine suit celle d’Amérique ?

N.C. : Sincèrement, je pensais que cela aurait plus de répercussions dans mon pays, mais je comprends bien que les corridas ici sont organisées autrement. En Espagne, j’ai pu toréer dans une corrida de José Escolar où j’ai coupé deux oreilles, plus deux autres avec respectivement une et deux oreilles. Je venais de terminer la saison au Pérou et je recommençais en Europe. Le processus est plus lent qu’on le désirerait, mais il faut continuer de lutter avec toute la foi  du monde.

Les commentaires sont fermés.