AccueilActualitésActualités 2015Cazaubon. 27 août. Frissons et émotions pour la corrida portugaise.

unnamed-3Emotion, peur, moments exceptionnels, la corrida portugaise de Cazaubon n’avait jamais atteint une telle intesité depuis sa création…

Claude Saintrapt et Alain Lartigue en témoignaient. Avec sur les sable des toros de Luc et Marc Jalabert les choses se sont toujours passées plutôt très bien. Samedi soir, Marc Jalabert rayonnait de plaisir. Les aficionados ont pu découvrir cinq toros parfaits dans ce jeu de la corrida à cheval, mobiles, agressifs, parfaitement dans le style de la course.

unnamed-2Faut-il regretter une certaine jeunesse des cavaliers ? Claudia Almeida est apparue une peu verte. Certes cavalière agréable, on peut lui reprocher d’avoir voulu toréer à la voix. Elle a trop souvent oublié que son cheval est sa cape et sa muleta… et comme les deux Jalabert n’ont pas répondu à ses sollicitations bruyantes, la jeune portugaise fut obligée de poser les banderilles de loin sans rentrer dans le vif du débat.

unnamed-5Laury Tisser, avec une fraîche alternative, fut beaucoup plus présent face à ses deux adversaires. Il ne connaît pas tout encore. Mais il sait comment il faut toréer et on l’a retrouvé présent au bord des figures essentielles. Ce garçon a d’énormes qualités. On a pu le voir à plusieurs reprises, plaçant sa monture perpendiculairement au toro avant de clouer « farpas » ou banderilles. S’il y a un léger reproche à adresser aux cavaliers, c’est d’avoir réduit au minimum la suerte de banderilles et de laisser à la troupe de forcados un animal beaucoup trop vif et entier. Les « premiers de cordée » s’en ressentent encore douloureusement. Mais le courage était là. Face au troisième qui démonta un burladero et au quatrième, c’est le courage qui a fait parvenir à la victoire.

unnamed-4Pourtant, ave ce quatrième, un diable jailli de l’enfer, on a craint un moment un combat sans issue…. Mais au fond du cœur des forcados de Chamusca, il restait ce pundonor qui fait que l’on ne renonce jamais. Bravo les gars. Vous êtes les héros de cette course que les aficionados de Cazaubon n’oublieront jamais par son intensité dramatique.

Reseña et photos : Jean-Michel Dussol

Les commentaires sont fermés.