AccueilActualitésActualités 2015Bouillargues. 10 octobre. Blohorn et Tomas Ubeda à l’honneur.

Capture d’écran 2015-10-11 à 11.56.30Belle affluence hier dans les petites arènes de Bouillargues bien protégées par un service d’ordre bien visible, et pas un anti en vue. 

On se souvient qu’ils avaient l’an dernier envahi la piste et semé des clous sur le sable. Les voies juridiques utilisées pour combattre leurs exactions commenceraient-elles à payer ?

Le club taurin local, La Embestida, renouvelait donc sa formule de la novillada sans picadors concours avec cette fois un desafio ganadero entre six élevages du sud-est (en 2014, c’était trois fers du sud-est opposés à trois du sud-ouest).

Pour les combattre, Tibo Garcia, le protégé de Serge Almeras, qui s’affirme de course en course et vole de succès en succès cette saison, Adrien Salenc, issu de l’Ecole Taurine d’Arles qui n’a pas hésité à franchir à 14 ans les Pyrénées pour s’inscrire à l’Ecole Taurine d’El Juli, et Tomas Ubeda, le pensionnaire du CFT, qui se trace petit à petit un chemin dans la catégorie.

Capture d’écran 2015-10-11 à 11.57.50Tibo Garcia, chef de lidia du jour, eut pour premier adversaire un eral plutôt faiblard des Héritiers d’Hubert Yonnet. Après un quite d’Adrien SAlenc par trois faroles et demie, c’est genou plié que Tibo initia sa faena (brindée à Patrick Laugier) par doblones, mais très vite il comprit que c’était à mi-hauteur qu’il fallait positionner l’étoffe pour garder son opposant sur ses aplombs. Trop juste de forces pour se livrer, le Yonnet délivra ses charges au compte-gouttes et le novillero parvint à lui tirer des muletazos de correcte facture en courant bien la main. Il réussit même à dessiner une série de quatre naturelles liées à un pecho pas gagnée d’avance. Après deux circulaires inversées, il logea une lame delantera latérale et fut appelé à saluer.

Capture d’écran 2015-10-11 à 12.01.50Son second adversaire portait le fer de La Cruz (Granier frères). Dès les premiers capotazos on vit que le bicho distrait et un peu tonto se désintéressait de la chose taurine. Après un quite d’Adrien Salenc par véroniques et revolera, Tibo tenta de mettre le bicho dans sa muleta. Peine perdue, il n’entra dans la muleta que pour s’arrêter à mi-passe, sortant suelto, regardant à droite et à gauche sans faire cas de l’étoffe qui l’incitait à revenir. Le garçon l’occit d’une demi-lame en place décisive et fut à nouveau appelé à saluer.

Capture d’écran 2015-10-11 à 11.58.44Adrien Salenc débuta sa tarde par la lidia d’un novillo des Héritiers de François André. Pas très clair dans ses charges, il incita le garçon à la méfiance. Quite de Tomas Ubeda par trois parones et demie. Doulant genou plié, Adrien commença sur la corne droite par quelques bons derechazos avant de se faire désarmer par un animal qui avait tendance à se coller contre lui. Il changea de bord pour dessiner quelques séries de naturelles, d’abord avec le pico, puis plus centrées par la suite. Entière trasera et tendida après pinchazo, descabello. Salut.

Capture d’écran 2015-10-11 à 12.04.52Le cinquième était un beau novillo (mais gacho), dont le trapio se rapprochait d’un bicho de la catégorie supérieure, et qui appartenait à la ganaderia d’Alain et Frédérique Tardieu. L’animal suivit bien les capotes, celui d’Adrien d’abord, puis celui de Tomas Ubeda qui servit un quite un peu choffonné par navarras et serpentina. A noter que Paquito Leal salua pour une excellente paire de banderilles posée dans le berceau. Initiant sa faena par le haut, Adrien dut composer avec un toro qui humiliait en début de passe pour derroter à la fin. Il s’en sortit correctement, même si l’ensemble fut un peu haché. On notera un bon enchaînement naturelles, trincherilla et pecho. Belle lame pour en finir mais hélas au troisième assaut. Vuelta.

Capture d’écran 2015-10-11 à 12.00.10L’envie de Tomas Ubeda fit plaisir à voir. Avec un vrai esprit novillero, il toréa avec un réel engagement. Encore bien vert, il récite sa tauromachie en laissant du déchet, mais il progresse et devra poser un peu son toreo trop électrique. Il tomba en premier sur le meilleur novillo de la tarde, un Blohorn qui chargeait avec classe et alegria et qu’on aurait aimé voir dans la catégorie supérieure. Accueil par véroniques, chicuelinas et demie un peu brusques avant un quite de Tibo Garcia par chicuelinas plus douces et demie. Tomas assura lui même le second tiers par deux poder a poder, meilleur le second, et une pose un peu latérale al violin. Débutée sur la corne droite, la faena d’une inégale intensité alterna les deux cornes, le garçon baissant quelquefois très bien la main puis se perdant l’instant d’après dans son toreo. Face à ce novillo qui répétait et pesait dans la muleta, Tomas afficha à la fois ses qualités et ses défauts, ne s’en sortit pas mal sans être (à mon avis) à la hauteur de l’animal. Quasi-entière delantera et caida, descabello. Arrastre applaudi et vuelta pour Tomas.

Capture d’écran 2015-10-11 à 12.09.04Le novillo qui clôturait la course, de trapio pas très harmonieux, portait le fer de Pagès-Mailhan. Quelques correctes véroniques pour la réception, puis un quite de Tibo Garcia par véroniques, demie et revolera. A nouveau présent au second tiers, Tomas cloua une première paire en poder a poder, cita pour la seconde à la façon de Fernando Sanchez (au pas en levant alternativement les bras avant de s’élancer) mais il rata la pose, revint clouer en poder a poder, puis conclut par la pose d’une paire de courtes. Premières passes assis sur l’estribo, puis une faena majoritairement droitière de menos a mas, avec des séquences en redondo de bonne facture et une voltereta sans conséquence par excès de confiance. Quasi-bajonazo hémorragique pour le final. Oreille pour l’envie affichée.

Le prix au meilleur novillo revint au Blohorn, celui du meilleur novillero étant attribué à Tomas Ubeda.

Capture d’écran 2015-10-11 à 12.10.53

A noter que Paquito Leal faisait sa despedida des ruedos. Tomas Ubeda lui brinda son premier novillo et Adrien Salenc son second. Ovation du public pour le vétéran qui signa ce jour une très bonne paire de banderilles et un coup de puntilla magistral.

Capture d’écran 2015-10-11 à 12.02.56Paquito devrait continuer à s’occuper des jeunes pousses de l’Ecole Taurine d’Arles  et les aider de ses précieux conseils, faute de revêtir le traje de plata pour les aider en piste. Enhorabuena pour ta carrière, Maestro !

Reseña et photos : Paco.

Les commentaires sont fermés.