AccueilActualitésActualités 2015Bilbao. 26 août. José Garrido termine seul et se met en valeur.

Capture d’écran 2016-08-27 à 08.23.53Une corrida un peu particulière avec trois figuras montantes annoncées, José Garrido, Alberto Lopez Simon et Andrés Roca Rey, et qui se transforme en un mano a mano entre les deux premiers cités suite au forfait de Roca Rey, une affiche finale contestée par une partie du public qui le fit savoir par des sifflets.

Corrida particulière aussi du fait de l’abandon de Lopez Simon qui a craqué et a dû déclarer forfait après avoir lidié deux des trois toros qu’il avait à combattre. La raison, une crise d’angoisse survenue durant la lidia du troisième toro où on vit le garçon manquer d’air, puis se mettre à pleurer. L’importance de sa temporada n’est sûrement pas étrangère à ce qu’il est courant d’appeler aujourd’hui un « burn-out » car Lopez Simon torée quasiment tous les jours et l’on sait que cette période comprise entre mi-août et fin septembre est celle où l’on recense le plus d’accidents chez les toreros, les organismes n’étant plus à 100 % de leurs capacités. Mieux vaut pour le garçon une crise d’angoisse qu’un coup de corne. Ça fera peut-être un peu réfléchir Julian Guerra, son apoderado.

Capture d’écran 2016-08-27 à 08.23.33Avant cet incident, Alberto Lopez Simon avait combattu deux toros, signant une bonne faena à son premier, puis toréant le second avec les symptômes précédemment décrits et tuant mal avant de rejoindre l’infirmerie (silence aux deux). A noter qu’en descabellant le premier, la lame partit vers les gradins et blessa un spectateur au bras.

José Garrido dut combattre quatre toros et le fit avec beaucoup de sérieux et de métier, manquant de peu le triomphe à cause du palco qui refusa de valider la pétition pour un deuxième trophée après la lidia de son troisième adversaire. Bonne tarde donc du garçon qui sut mettre à profit son passage par Vista Alegre (salut, vuelta, oreille avec pétition de la seconde et silence).

Les toros du jour portaient le fer de Torrestrella. Bien présentés, souvent exigeants, ils donnèrent des jeux divers, le quinto au-dessus du lot.

(Photo : Arjona – aplausos.es)

Les commentaires sont fermés.