AccueilActualitésActualités 2015Arles. La Corrida Goyesca se prépare.

_DSC2214C’est dans un amphithéâtre surchauffé que l’empresa des arènes d’Arles avait réuni la presse pour présenter le projet de décoration imaginé par Luis Francisco Espla pour la Corrida Goyesca du 10 septembre prochain.

_DSC2215En présence du maestro d’Alicante, de Juan Bautista et du maire d’Arles, Hervé Schiavetti, les participants purent découvrir les oeuvres qui seront présentées dans la piste et sous l’orchestre, oeuvre éphémère sur le sable dont les pochoirs avaient été disposés afin de rendre compte de ce qu’en sera le décor.

_DSC2217

Oeuvre tracée sur la piste

Luis Francisco Espla put ainsi régler certains détails avec l’équipe technique, notamment au niveau de la symétrie du décor dans une piste aux contours irréguliers. La Corrida Goyesca étant fixée au samedi après-midi, les pochoirs commenceront à être installés le jeudi afin qu’ils reprennent leur parfaite planéité.

_DSC2219

Oeuvre présentée sous l’orchestre

Luc Jalabert, qui a passé le relais à ses enfants, avait tout de même tenu à être présent, intervenant un moment pour saluer le travail de Jean-Baptiste et Lola qui assureront la continuité de cette Corrida Goyesca avec une innovation cette année, la présence du violoniste Paco Montalvo aux côtés de l’orchestre Chicuelo II.

_DSC2221Luc rappela également que le concept de cette corrida associant décoration des arènes et musique avait vu le jour à Arles, tout comme celui de Corrida Flamenca créé par lui même dans les arènes de Méjanes, ou encore la sortie du répertoire des pasos-dobles pour associer le toreo a des musiques comme le « Concerto d’Aranjuez » ou « l’Aigle Noir » de Barbara, des idées novatrices qui furent souvent exploitées en d’autres lieux par la suite. Rendons à César …

Rappelons que lors de cette Corrida Goyesca, Luis Francisco Espla sera aussi en piste aux côtés de Morante de La Puebla et Juan Bautista face aux toros de Zalduendo pour un retour qui ne saurait être que ponctuel. Il se murmure que l’ancien Roi d’Espagne Juan Carlos et sa fille, l’Infante Elena, pourraient faire le déplacement pour assister au spectacle.

Une consécration pour cette Goyesca dont l’édition 2015 fut la seule depuis quelques années dans le sud-est à afficher un « No hay billetes » aux taquillas (mis à part le solo de José Tomas à Nîmes).

Souhaitons aux organisateurs que la même chose se reproduise cette année. Enhorabuena y suerte !

Ci-dessous une rétrospective des Corridas Goyescas de 2005 à 2015.

Les commentaires sont fermés.