AccueilActualitésActualités 2017Arles. 17 avril (tarde). Enfin des toros ! Triomphe d’Ivan Fandiño.

Une corrida de Pedraza de Yeltes qui nous a sortis hier de la morosité ganadera ambiante avec des toros sérieux de présentation, solides et affichant une belle caste.

Quatorze rencontres avec la cavalerie et des piques qui nous firent quelquefois remonter le temps, à une époque où la fréquentation du lancier était moins symbolique. Bref on oublia le temps d’une tarde que l’on s’acheminait vers la corrida sans picadors. Face à des toros dignes de ce nom, trois belluaires qui n’avaient pas pour autant renoncé à tout sens artistique. Bref un bain de jouvence. Il était temps !

Morenito de Aranda nous a séduit par son sens de la lidia et son application lors de ses deux prestations. Face à son premier adversaire qui prit deux courtes rations de fer, la seconde en partant du centre du ruedo, et après un quite d’Ivan Fandiño par chicuelinas et revolera, il composa un trasteo juste, adapté, à droite comme à gauche, citant quelquefois de loin comme le Rincon de nos souvenirs. Pas de gestes superfus, une paire de trincherillas pour relever la sauce, mais hélas un bajonazo involontaire qui vint de manière inopportune nous gacher le plat. Vuelta et une déception évidente qui se lisait sur le visage du torero.

Fort heureusement, le garçon remit les pendules à l’heure lors de la lidia du quatrième. Jolies véroniques et demie de face en guise de hors d’oeuvre, puis trois vraies piques prises en venant de loin et en poussant, le uhlan sortant sous les applaudissements du public. Après un quite d’Ivan Fandiño par gaoneras, Morenito brinda son toro à Jean-Luc Couturier (ganadero de Valverde et Concha y Sierra) et à son épouse. Suivit une bonne faena ambidextre où le torero sut intelligemment laisser des temps de récupération à son adversaire pour en tirer le meilleur. A nouveau une bonne appréciation de la sitaution avec un trasteo sans temps morts ni longueur excessive. Le bon cocktail mêlant dominio et élégance et s’achevant par une lame caida n’empêchant pas l(attribution du trophée convoité.

Ivan Fandiño lui aussi a su nous séduire par son entrega, son dominio et sa gestuelle. Après bonnes véroniques et demie, le premier adversaire du torero de Orduña fut ménagé en deux rencontres d’intensité limitée. Quite de Roman par gaoneras et larga avant une faena où le garçon alterna avec bonheur les passes sur les deux bords, toro et torero à l’unisson dans la qualité. Final par manoletinas, entière delantera complétée par un descabello. Oreille légitime.

Le quinto, après réception par delantales et deux rations de fer prises en poussant, fit une grosse vuelta de campana qui le laissa un moment aplomado. Mais petit à petit il se refit une santé, bien qu’accusant le coup. Fandiño sut lui donner l’avantage en le ménageant en première partie de faena pour ensuite asseoir son toreo. Bon trasteo ambidextre d’Ivan, avec une prédominance droitière car le bicho passait mieux et répétait davantage sur cette corne. Entière contraire après bernadinas de conclusion, descabello et l’oreille qui ouvrait la Puerta Grande.

Roman est un peu passé à côté de sa tarde, mais pas forcément de son fait. Son picador lui gâcha en partie son premier adversaire par sa maladresse lors de deux rencontres calimiteuses qui lui valurent d’être sifflé à sa sortie. De plus, comme le Pedraza ne se livrait pas depuis son entrée en piste, le passage par le lancier n’arrangea pas les choses. Très décidé, le franco-valencia débuta sa faena de rodillas et parvint à arracher quelques tandas de correcte facture avant que la charge déjà modérée  du bicho ne baisse d’intensité à mi-faena. Entière au second assaut. Palmas.

Le dernier Pedraza de la tarde s’employa beaucoup au premier tiers en trois rencontres, la troisième en partant du centre, des efforts qu’il paya au dernier tiers où l’on sentit que les forces déclinaient. On retiendra un quite par tafalleras et quelques bons muletazos trop isolés pour constituer un ensemble satisfaisant. Quatre manoletinas pour la conclusion, entière caida après pinchazo. Silence.

A noter que les toros furent piqués comme lors des corridas-concours, à l’opposé du toril, comme ce devrait être, mais les bichos des jours d’avant n’auraient pas supporté le quart de ce traitement. Deux poids, deux mesures !

Sortie a hombros d’Ivan Fandiño auteur d’une bonne tarde.

Reseña et photos : Paco.

Arles – Feria de Pâques – Résumé corrida lundi 17 avril 2017 from www.juan-bautista.com on Vimeo.

Les commentaires sont fermés.