AccueilActualitésActualités 2015Arles : 13 septembre (tarde). Oreille pour Alberto Aguilar au terme d’une dure corrida de Cebada Gago.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.54.34Une tarde torista qui n’a pas manqué d’intérêt pour les amateurs du genre (moins nombreux que les spectateurs de la veille, soit un quart d’entrée) avec des toros de Cebada Gago qui ont défendu chèrement leur peau avec notamment trois « hijos de puta » (1°, 2° et 4°) qui firent transpirer Robleño et Aguilar.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.46.11Fernando Robleño toucha deux des trois trublions et on ne saurait lui reprocher de ne pas en avoir triomphé car il tint dignement sa place, assurant la lidia avec beaucoup de professionnalisme, même s’il fut hier un ton en-dessous du niveau qu’on lui connut auparavant. Sûrement l’usure des tardes compliquées qui font son quotidien. Face au premier de la tarde, après quelques capotazos et deux piques appuyées, Alberto Aguilar intervint au quite par trois chicuelinas et revolera. Doublant bien genou plié en début de faena, Robleño servit quelques méritoires séries droitières et six naturelles serrées. Entière contraire tendida, deux descabellos. Silence.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.51.19Le quatrième prit deux rations de fer sévères, sortant seul de la deuxième ainsi que des deux picotazos qui suivirent. Entamée sur la gauche, la faena ambidextre qui suivit alterna les deux bords, le madrilène arrachant à nouveau de méritoires muletazos avant de liquider difficilement le mauvais coucheur par six pinchazos et deux descabellos. Quelques sifflets malvenus, vu la difficulté.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.47.25Alberto Aguilar aurait pu être le grand vainqueur du jour. Il ne fut que le gagnant aux points suite à un naufrage lors de la mise à mort du second où il frôla le troisième avis. Il avait auparavant bien accueilli son adversaire à la charge désordonnée par correctes véroniques, l’avait laissé se faire châtier durement en deux rencontres avant un quite de Mehdi Savalli par trois chicuelinas et demie. Ce toro violent aux coups de tête ravageurs fut affronté avec courage lors d’une faena guerrière où tous les muletazos pouvaient valoir un accrochage au petit torero. La valeur et l’engagement du garçon auraient pu être primés d’un trophée sans une mise à mort des plus compliquées : une dizaine d’entrées a matar entrecoupée de quatre descabellos pour finir par une entière libératrice. Palmas y pitos.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.53.18Le quinto heureusement lui permit le rachat. Après de bonnes véroniques où sa noblesse s’afficha, il fut piqué durement en deux rencontres, levant le groupe lors de la première. La faena essentiellement droitière qui suivit permit à Aguilar d’allonger progressivement la charge du Cebada, le manque de confiance en début de faena faisant que le torero ne courait pas suffisamment la main. Deux séries seulement sur la corne gauche qui n’était pas la meilleure et final sur la droite en terrain réduit avant entière en place libérant l’oreille du courage.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.48.42Mehdi Savalli n’eut guère de chance hier avec un premier toro noble mais qui s’éteignit très vite et un second adversaire sans charge. Après capotazos de réception, le troisième Cebada du jour prit deux bonnes piques de Reynaud avant d’être banderillé par Mehdi qui fut facile en poder a poder, sesgo por fuera et violin. Le bicho arriva ensuite en début de faena avec un capital physique limité qui demandait à ce qu’on lui donne de la distance et des temps de récupération, cve que fit intelligemment Mehdi. Mais hélas cela ne lui permit qu’un nombre de séries ambidextre limité, pas assez pour pouvoir réellement s’exprimer. Metisaca, descabello. Salut.

Capture d’écran 2015-09-14 à 16.56.26Après deux largas de rodillas, le sixième se blessa à une patte et fut changé par un sobrero du même fer. Quatre bonnes véroniques et deux remates à une main accueillirent le nouveau venu qui prit deux correctes rations de fer, levant le cheval à la première rencontre. Bon second tiers à charge de l’arlésien qui cloua aisément en poder a poder, quiebro et violin. Brindée à Paquito Leal, la faena fut des plus brèves, le bicho se retournant vite puis cessant toute charge. Mehdi insista au milieu de violentes rafales de vent mais toute faena était impossible. Le garçon mit fin à la vie publique du Cebada d’une bonne entière au second assaut. Palmas.

Reseña et photos : Paco.

Les commentaires sont fermés.